Skip to main content
Logo de la Commission européenne
EURES
Article d’actualité16 mai 2019Autorité européenne du travail, Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion

On connaît les lauréats du concours réseaux sociaux #EUmovers

La direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion récompense les cinq premières publications de réseaux sociaux de la campagne #EUmovers.

#EUmovers social media contest winners announced
EURES

L’année 2018 a été marquée par le 60e anniversaire des règles de l’UE sur la coordination des systèmes de sécurité sociale et par le 50e anniversaire des règlements fondateurs relatifs à la libre circulation des travailleurs. Pour célébrer ces deux étapes importantes, la Commission européenne a encouragé les citoyens ayant bénéficié de ces droits à faire part de leur histoire sur les réseaux sociaux, par l’intermédiaire de la campagne #EUmovers.

Voici les cinq lauréats et leurs publications respectives:

Juho-Pekka Palomaa (Finlande)

Il y a un an, j’ai été confronté à un changement de vie dont les éventuelles conséquences ne me semblaient pas claires. J’étais au chômage depuis six mois, soit depuis l’obtention de mon diplôme, lorsque soudain, j’ai reçu un appel d’Estonie. J’avais publié mon CV sur la plateforme EURES et environ un mois plus tard, j’ai reçu une notification par courriel m’indiquant que quelqu’un avait consulté mon profil et m’avait envoyé un message. C’était une offre d’emploi pour travailler dans mon pays voisin, l’Estonie. À l’issue de l’entretien, j’ai décidé d’accepter cet emploi. Je ne savais pas grand-chose du pays ni de la ville en tant que telle, mis à part le fait que la langue sonnait un peu comme le finnois, en plus drôle. J’ai reçu tout un tas d’informations sur l’installation en Estonie, et les choses s’annonçaient bien. Malgré des salaires beaucoup plus bas, il semblait que le pays avait vraiment pris un virage numérique, pour le plus grand confort de vie du citoyen. Pendant mon séjour, j’ai eu l’occasion de rencontrer des autochtones dans le cadre de manifestations autour des jeux de société, j’ai appris l’estonien gratuitement et j’ai fait la connaissance d’autres expatriés, j’ai consulté à titre gracieux un médecin de famille, j’ai signé des documents au format numérique et j’ai pu profiter d’un transport public gratuit au sein d’une culture riche et ancienne où l’on parle l’anglais, l’estonien, le finnois et le russe. Je ne réside plus en ville, mais elle continue de m’épater par son mélange d’histoire ancienne et de tout nouveaux systèmes et commodités haute technologie. La cerise sur le gâteau fut de célébrer, cette année, le centenaire de l’indépendance avec des Estoniens. Je prédis un futur prometteur à cette petite nation!

Carola Bosio (Italie)

Bonjour! Oui, je peux dire que je suis accro aux mouvements intra UE depuis mes vingt ans. À cet âge-là, je vivais à Lille, en France, où j’effectuais un échange universitaire pour accomplir un double cursus qui m’a définitivement ouvert l’esprit! À 23 ans, je vivais à Milan, où j’ai débuté ma carrière! À 27 ans, j’ai vécu à Madrid pendant un mois, juste pour m’amuser! Maintenant, je peux me targuer de parler espagnol, même si ce n’est pas vrai... À 28 ans, j’ai vécu à Paris, en France, pour l’amour et le travail! J’y ai vécu une peine de cœur, mais j’y ai rencontré deux de mes «amis pour la vie»! Aujourd’hui, âgée de 38 ans, mariée et mère de deux jumeaux de deux ans... Il est probablement temps de mettre le holà, me direz-vous? Eh bien NON! Nous avons déménagé en Irlande avec nos deux petits monstres pour y vivre une aventure européenne familiale! Je travaille à présent pour une université irlandaise et j’ai embarqué toute la famille avec moi. J’ADORE L’EUROPE.

Sheila Margaret Ward (Royaume-Uni)

Après avoir étudié l’espagnol et le portugais à l’université de Leeds dans les années soixante, j’ai entamé une carrière d’enseignante en EFL (anglais langue étrangère). Lors de l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE, je me suis réjouie car j’avais toujours cru à cette idée. Après avoir enseigné au Royaume-Uni et en Espagne, entre autres pays, je suis arrivée au Portugal en 1980 pour travailler au British Council. Après l’adhésion du Portugal à l’UE, la levée des restrictions douanières a considérablement facilité les allées et venues dans le pays et en dehors de celui-ci. En tant que professeur d’anglais, j’ai enseigné à de nombreux étudiants qui se préparaient pour le programme Erasmus; j’ai été impressionnée par les possibilités qu’offre ce dispositif. Avant mon départ à la retraite en 2010, je me suis rendue au service de pensions portugais où j’ai rempli un formulaire sur lequel je devais indiquer tous les pays de l’UE dans lesquels j’avais travaillé. Rien de plus. Lorsque j’ai pris ma retraite, j’ai automatiquement reçu ma pension du Portugal, du Royaume-Uni et d’Espagne. Tout s’est déroulé de manière très efficace. À ce jour, j’ai publié trois livres bilingues pour enfants au Portugal et je consacre mon temps à encourager le bilinguisme. Nous, Européens, avons tellement de choses en commun; l’apprentissage d’autres langues devrait être une priorité dans tous les systèmes scolaires.

Filipa Rodrigues (Portugal)

Je suis une enfant de l’Europe. Je crois en une Europe sans frontières et où chaque différence culturelle devient un pont entre les peuples... Une Europe où ces différences nous enrichissent et nous permettent de mieux comprendre le monde. Mon premier voyage en Europe était un voyage en Espagne, le pays voisin de mon... Portugal natal. J’étais enfant et nous nous y sommes rendus en famille. Quant à mon premier voyage avec des amis, c’était au Royaume-Uni, lorsque j’étais au lycée. J’ai également suivi des formations au Royaume-Uni et en Grèce. J’ai effectué mon stage Erasmus+ au Royaume-Uni. J’ai voyagé en Italie, en Écosse, en Suisse, en Espagne (une fois encore)... Et j’ai bien l’intention de visiter de nombreux autres pays. Cette année, j’ai décidé de partir pour l’Irlande. J’ai recherché un emploi sur le portail EURES et, après avoir trouvé ce que je cherchais, j’ai bénéficié du soutien d’EURES dans mon processus d’installation en Irlande. J’adore ce pays... L’histoire, la culture, les gens, la nature... J’ai la chance d’avoir grandi dans une Europe unie, une Europe qui m’offre des opportunités lorsque j’en ai besoin. Une Europe où je jouis de mes droits... où je me sens en sécurité. Je suis fière d’être une enfant de l’Europe!

Chloé Jorigny-Casteuble (France)

Meilleure vidéo

Je m’appelle Chloé, j’ai 24 ans et j’habite en Belgique depuis un an. À l’heure actuelle, je suis employée par le Service Public Fédéral (SPF) Sécurité Sociale, où je travaille sur la question du Brexit :) J’adore voyager et j’ai effectué plusieurs stages à travers l’UE. J’ai beaucoup voyagé durant mes études et dans le cadre de mon travail.

 

Liens connexes:

Meilleure vidéo

 

Pour en savoir plus:

Journées européennes de l’emploi

Drop’pin@EURES

Trouver un conseillerEURES

Vivre et travailler dans les pays EURES

Base de données des offres d’emploi EURES

Services EURES pour les employeurs

Calendrier des manifestations EURES

Prochains événements en ligne

EURES sur Facebook

EURES sur Twitter

EURES sur LinkedIn

Thèmes
Actualités externes d'EURESActualités/rapports/statistiquesMédia socialRéussitesJeunesse
Rubrique(s) associée(s)
Vivre & travailler
Secteur
Accomodation and food service activitiesActivities of extraterritorial organisations and bodiesActivities of households as employers, undifferentiated goods- and servicesAdministrative and support service activitiesAgriculture, forestry and fishingArts, entertainment and recreationConstructionEducationElectricity, gas, steam and air conditioning supplyFinancial and insurance activitiesHuman health and social work activitiesInformation and communicationManufacturingMining and quarryingOther service activitiesProfessional, scientific and technical activitiesPublic administration and defence; compulsory social securityReal estate activitiesTransportation and storageWater supply, sewerage, waste management and remediation activitiesWholesale and retail trade; repair of motor vehicles and motorcycles

Avertissement

Les articles sont destinés à fournir aux utilisateurs du portail EURES des informations sur des sujets et tendances actuels et à stimuler la discussion et le débat. Leur contenu ne reflète pas nécessairement le point de vue de l'Autorité européenne du travail (ELA) ou de la Commission européenne. De plus, EURES et ELA n'approuvent pas les sites Web de tiers mentionnés ci-dessus.